L'entrejambe du désert pâle

Il est un enfant «en mission», perdu dans une solitude de mort, «une mort étendue comme grâce du poète», qui puise dans une nuit chargée d'ombres opalines l'inspiration d'un rite poétique. Là où d'autres réduisent la poésie à des épluchures, Rodore l'a transcende en or. Avant de pénétrer dans cet univers, souvenez-vous du mot de Charles Baudelaire, dans l'ébauche d'un Épilogue pour les Fleurs du mal : «J'ai pétri de la boue et j'en ai fait de l'or.» Rodore a pétri la mort et en a fait de l'or

Préface : André Bonet, président du CML

Éditions Les presses Littéraires 2010

Prix : 8 euros